COSMOS

WORDS: THIERRY FRANÇOIS
PHOTO: HENNING MIELKE

Quand Mia m’a demandé d’écrire un article à ce sujet, je me suis tout de suite dit wow ! Quelle drôle d’idée ! Et puis assez vite je me suis demandé, quelle est ma place dans ce monde, dans cet univers, dans ce grand „tout“ ? Et c’est finalement assez bon de penser que je fais partie de ce monde , de cet univers, de ce grand „tout“ avec tout le mystère que cela représente, avec tout l’inconnu à parcourir, à découvrir, à vivre, à sentir. Comme je viens de la Gestalt, je crois ferme en cette forme : „le tout est différent de la somme de ses parties” qui renvoie à ma notion de perception, de contexte. Et comme je viens aussi de la danse, je peux sentir que danser dans une salle avec un groupe de personnes dédiées à une pratique n’est pas la même chose que danser tout seul chez soi, ou dans la rue, ou dans la nature , ma propre perception et celle des autres est différente et c’est ce qui rend cette notion riche et intéressante. Je peux me sentir connecté au cosmos, si je suis enraciné, ancré, si je sens mes deux pieds sur terre, comme un besoin vital. Je peux alors sentir que cette connexion peut être reliée aux éléments du haut si ils le sont à ceux du bas, et je peux sentir alors tout ou partie de ce qui se passe entre ciel et terre, et surtout de la manière dont ça me traverse, ça me bouge, ça m’implique. Le cosmos représente la source d’inspiration, et la façon dont je la vis au quotidien, en voiture, dans un tramway, dans un bus à observer ce qui se passe autour de moi, dans ma façon d’être curieux du monde, de mon environnement, dans ma manière d’être au contact avec les autres, mes amis, ma famille, tout ceux que le quotidien me permet de rencontrer, de croiser. Ce lien étroit ou plus large devient une philosophie de vie existentielle, ou tout devient enseignement, si je laisse l’expérience de l’instant, des instants se dérouler naturellement et surtout sans analyser, sans évaluer, sans juger, sans comparer, juste ouvert. C’est précieux. J’ai ma place dans ce monde, je peux contribuer à changer quelque chose, j’aime cette idée que je pourrai laisser à mon fils encore tout petit un monde meilleur et qu’il sente lui aussi quand ce sera le temps sa connexion au cosmos.

Merci.